Info Carapa procera, forêts sauvages

Le 25 mars 2010, la Food and agriculture organization, soit l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, publiait les principaux résultats de son évaluation des ressources forestières mondiales. Selon ce rapport, la superficie des terres boisées est en recul depuis 20 ans et perdrait chaque année environ 4 fois la taille de l’Italie, soit plus de 5,3 millions d’hectares chaque année.
Seule zone de notre planète à connaître une progression de ses surfaces boisées : l’Asie subtropicale.
Les grands perdants de cette étude sont sans surprise l’Amérique, notamment en raison de la déforestation importante de la forêt amazonienne, et l’Afrique, notamment au Congo.
L’importance de faire connaître l’essence de la Carapa procera et surtout les bienfaits de ses fruits, les noix dont provient l’huile de Carapa procera, est donc un enjeu majeur pour contribuer à lutter contre la déforestation.

la Carapa procera en danger d'extinction à cause de la déforestation

Quelques chercheurs travaillent dans ce sens, et l’on notera quelques entreprises privées qui mettent en valeur l’huile de Carapa procera, dont les Laboratoires des Mascareignes. La région forestière de la Guinée souffre de déforestation, en 2005, les arbres de Carapa procera étaient sur la liste des espèces en danger.
Afin de préserver cette espèce qui pousse actuellement à l’état sauvage à raison de quelques arbres à l’hectare , Sylvie Meliet, fondatrice des Laboratoires Mascareignes, étudie les faisabilités d’une plantation sous serre. Des sauvageons et jeunes plants trouvés dans la forêt adjacente au village ont été replantés dans une optique de valorisation de la Carapa procera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *